Back to top

La cOnvention collective de l'animation

La Convention Collective de l’Animation est née de la convergence de deux volontés. Celle du Ministère du Travail de généraliser la couverture conventionnelle des salariés dans le secteur associatif comme dans d’autres .Celle des responsables associatifs, dirigeants comme des salariés pour lesquels l’existence de nombreux accords collectifs dans les grandes associations soulignait plus vivement leur absence dans la myriade de petites associations qui composent le secteur .
 

Dans les années 1980, la Ligue de l’Enseignement disposait d’un accord d’entreprise pour ses salariés et d’un accord national dédié aux professionnels de l’animation signé en 1974 que les fédérations d’œuvres Laiques et associations locales employeurs affiliées adaptaient tant bien que mal à leur situation .Ces textes s’appuyaient fortement sur la fonction publique, cela ne collait pas bien pour des salariés qui relevaient du secteur privé.

L'heure des négociations avait donc sonné, un moment fort, fondateur dans l’histoire de la branche de l’animation. Sans expérience de la négociation, il fallait tout inventer.

Si les syndicats de salariés étaient déjà implantés, les employeurs étaient inorganisés.

Certes un premier syndicat avait fait son apparition en 1971 : le SADCS (Syndicat des Associations de Développement Culturel et Social), sa composition pour le moins composite incita les mouvements laiques à créer leur propre organisation : le SNOGAEC (Syndicat National des Organisations Gestionnaires d’Activités Educatives et Culturelles) dans le but de négocier la future convention collective. Le secrétariat général en fut confié à Maurice BRICOURT de la Ligue.

Les négociations se déroulèrent de 1984 à 1988 avec ses finesses, ses nuances et ses embûches, il s’en fallut de peu que les négociations échouent. Tant chez les employeurs que dans les organisations syndicales de salariés. Pour sa part la Ligue de l'enseignement ne pouvait accepter que les animateurs et  personnels pédagogiques de centres de vacances soient inclus au sein de la convention collective nationale (CCN) de l’animation et relèvent du droit du travail. L’assemblée générale de la Ligue de l'enseignement à Avignon en 1988 demandera que cette disposition soit retirée de la CCN.

La CCN conclue le 28 juin 1988, sera signée le 8 septembre 1988 et étendue par le Ministre du Travail le 10 janvier 1989.

La Ligue de l’Enseignement démissionnera du SNOGAEC et constituera sa propre organisation patronale le 26 octobre 1989 l’UNODESC (Union Nationale des  Organismes de Développement Social Sportif et Culturel) avec pour premier président François COURSIN. L’UNODESC sera reconnu représentatif fin 1974 et signera son premier accord le 10 janvier 1995.

Robert BARON

Les autrEs récits autour des Vacances

  • JJ Ceris témoigne sur « De l’animation volontaire à la valorisation professionnelle ».

    « Le temps d’aujourd’hui est fait du temps de jadis, d’avant-hier et de hier »  (Fernand Braudel).De « l’... EN SAVOIR+

    en savoir plus
  • Émanciper ? L'histoire des classes de découvertes

    L’histoire des classes de découvertes a été marquée par plusieurs évolutions : pédagogiques mises en œuvre après la seconde... EN SAVOIR+

    en savoir plus