Back to top

Émanciper ? L'histoire des classes de découvertes

L’histoire des classes de découvertes a été marquée par plusieurs évolutions : pédagogiques mises en œuvre après la seconde guerre mondiale, mais aussi économiques (et notamment les « trente glorieuses »), et surtout sociales et sociétales. Ainsi, vont se succéder, voire se télescoper plusieurs facteurs : la volonté d’émancipation : sortir des murs de l’Ecole, s’ouvrir et comprendre le monde dans sa complexité, prendre en compte des questions environnementales, respecter les évolutions réglementaires, etc.

Les classes de découvertes étant sous la responsabilité du ministère de l’éducation nationale, la réglementation va évoluer avec deux périodes bien distinctes, l’année charnière étant 1997. Avant cette date, le ministère va jouer un rôle d’accompagnement, l’illustration la plus significative étant les textes de 1982, le ministère allant jusqu’à donner des moyens importants : enseignants mis à disposition des centres d’accueils de classes de découvertes. L’accident du Drac en décembre 1995, sera à l’origine de textes traduisant un revirement total du ministère : textes non incitatifs au départ. Les procès qui suivront seront aussi un frein à l’activité des classes de découvertes : prise de conscience des enseignants des risques qu’ils prennent, leur responsabilité pénale pouvant être engagée.

L’analyse des statistiques de cette activité montre une progression constante jusqu’en 1995. Depuis cette activité stagne, voire diminue fortement avec des marqueurs très significatifs : on part moins loin et moins longtemps.
La Ligue de l’enseignement va jouer un rôle important dans l’activité des classes de découvertes. Historiquement elle est considérée pionnière : classes accueillies dès 1946 par la Ligue de l'enseignement des Pyrénées-Atlantiques, première classe de découvertes « officielle » en 1953 organisée par la Ligue de l'enseignement de Savoie.

D’autre part la Ligue de l'enseignement a joué et joue encore un rôle moteur : participation à tous les groupes de travail sur les évolutions réglementaires, contacts locaux avec les autorités académiques, centres d’accueil spécialisés permettant l’accompagnement des enseignants dans la mise en œuvre de leurs projets pédagogiques.

Voici également un bref résumé historique des classes de découverte : 

  • Une « colonie de vacances » en mai 1936 est organisée par une école de Moselle, dans les Vosges. On était sur le temps scolaire, donc il devait plutôt s’agir d’une classe de découvertes.
  • A partir de 1946, des classes de découvertes sont accueillies au centre de L’Abérouat, géré par la Ligue de l’enseignement des PyrénéesAtlantiques. Il s’agit de classes originaires du département des Pyrénées-Atlantiques.
  • 1950 : en mars, accueil d’un groupe d’enfants du cours Victor Hugo de Paris à PrazSur-Arly (74).
  • 1953 : première classe de découvertes reconnue en tant que telle par l’Education nationale. Une école de Vanves (Hautsde-Seine) est accueillie dans le centre de la Féclaz, géré par la Ligue de l’enseignement de Savoie.
  • 1957 : Classes de découverte « forêt ».
  • 1964 : Classes de mer.
  • 1982 : Textes réglementaires du ministère de l’Education nationale très complets et quasiment incitatifs au départ en classes de découvertes.
  • 1985 : le ministère de l’Education nationale « agréée » 85 centres permanents d’accueil de classes de découvertes.
  • 1994 : première classe de découvertes multimédia inaugurée à Hourtin (33), lors de l’Université d’Eté de la Communication en présence de François Bayrou ministre de l’éducation nationale.
  • 1995 (4 décembre) : accident du Drac. Lors d’une sortie pédagogique, 6 enfants et leur accompagnatrice périssent noyés suite à un lâcher d’eau d’un barrage EDF.
  • 1997 : Nouveaux textes du ministère très contraignants et non incitatifs au départ en classes de découvertes.
  • 1998 (23 janvier) : avalanche des Orres : 11 adolescents et 2 accompagnateurs périssent dans une avalanche lors d’un séjour scolaire.
  • 1997/1998 : Pendant cette année scolaire, le département des Hautes Alpes va accueillir 3 fois plus d’enfants en classes de découvertes qu’il n’en scolarise !
  • 1999 : parution de nouveaux textes moins contraignants.
  • 2004 : Rapport de Béatrice PAVY sur les classes de découvertes.
  • 2005 : derniers textes du ministère qui se veulent en cohérence avec les nouvelles pratiques (départs moins lointains et moins longs).

Et les statistiques de fréquentation des classes de découvertes :

  • On ne dispose d’aucune donnée chiffrée avant 1953.
  • 1953 : 1 classe pour 32 élèves pendant 28 jours.
  • 1961 : 567 classes pour 17 000 élèves.
  • 1967 : 1 700 classes pour 51 000 élèves.
  • 1971 : 3 500 classes pour 95 000 élèves.
  • 1982 : 350 000 élèves en classes de découvertes.
  • 1988 : 19 600 classes pour 425 000 élèves.
  • 1992 : 26 130 classes pour 584 780 élèves pendant des séjours d’au moins 5 jours.
  • 1995 : 26 200 classes pour 587 700 élèves pendant des séjours d’au moins 5 jours.
  • 2002 : 700 039 élèves pendant des séjours d’au moins 2 jours.

Remarques : les statistiques publiées par le ministère sont très épisodiques, incomplètes et malheureusement les paramètres de références évoluent à chaque enquête… D’autre part, la seule donnée valide est le nombre de journées. Or le ministère n’a mené ses études qu’à partir de 2 critères : le nombre de classes et le nombre d’élèves, sans s’intéresser à la durée !

Jacques CHAUVIN

Les autrEs récits autour des Vacances

  • JJ Ceris témoigne sur « De l’animation volontaire à la valorisation professionnelle ».

    « Le temps d’aujourd’hui est fait du temps de jadis, d’avant-hier et de hier »  (Fernand Braudel).De « l’... EN SAVOIR+

    en savoir plus
  • La convention collective de l'animation

    La Convention Collective de l’Animation est née de la convergence de deux volontés. Celle du Ministère du Travail de généraliser... EN SAVOIR+

    en savoir plus