Back to top

anne-Marie Vinaixa : une pAssionnée au service de l’éducation

Déléguée vacances à la fédération départementale de la Ligue de l'enseignement Bouches du Rhône

Anne-Marie Vinaixa fait partie de ces militants convaincus et convaincants. Cheveux courts et grisonnants, lunettes de vue bleues, regard pétillant : Anne-Marie Vinaixa ne tient pas en place. A Marseille, sa ville natale, ses journées sont chargées de réunions et d’activités en tout genre. « J’ai une retraite bien remplie à 64 ans, note-t-elle, amusée. Je suis aussi étudiante à l’Université du temps libre où je fais du dessin et de la peinture. » Difficile de s’arrêter après une longue carrière dans l’enseignement et le milieu associatif.

Aussi loin qu’elle s’en souvienne, Anne-Marie a toujours baigné dans l’univers des vacances. « Mon parcours professionnel a pris ses racines dans mon enfance, ponctuée de séjours en colo. » Ces derniers sont organisés par le comité d’entreprise de la société qui emploie son père, alors ouvrier. Elle y participe dès l’âge de 6 ans et retrouve chaque année les mêmes amis. « C’était des moments de joie mais aussi de frustration car on s’entendait parfois dire non. » Une approche de la collectivité qui la forge et lui inculque l’esprit de groupe.

« Faire l’école autrement »

Petite, le Club des cinq lui donne le goût de l’aventure tandis que la danse et la gymnastique rythment son adolescence. Sa culture est imprégnée de catalan, la langue de ses origines. Après un baccalauréat littéraire, qui lui permet de parfaire son espagnol, Anne-Marie intègre l’école normale et devient enseignante. « En fin de cursus, j’ai réalisé un stage à la Ligue de l'enseignement. Je me suis sentie à ma place, entourée d’enseignants expérimentés. » De quoi répondre aux préoccupations d’une jeune professeure profitant des pratiques pédagogiques que les bénévoles partagent avec elle.

Après des remplacements, Anne-Marie est titularisée en classe de primaire. « La première chose que j’ai faite a été de m’affilier à la Ligue pour les activités sportives, se souvient-elle. C’est là que j’ai découvert la JPA. » Cette confédération d’œuvre laïque à laquelle la Ligue de l'enseignement fait partie se spécialise dans les vacances. Lorsqu’un poste de mise à disposition s’y libère, elle accepte sans hésiter. « Un an plus tard, je devenais déléguée vacances à la fédération départementale de la Ligue de l'enseignement. » Elle note une « vraie complémentarité » entre les deux structures.

Très vite, Anne-Marie est amenée à suivre des formations proposées par la Ligue de l'enseignement. Celles-ci évoluent au gré de ses responsabilités et la nourrissent sur le plan philosophique, politique, humaniste : « cela donnait du sens aux actions que je menais. » Parmi elles, la fabrique de séjours vacances en France comme à l’étranger, la création de partenariats, une veille sur la réglementation et le secteur jeunesse, la formation d’animateurs… Elle organise par ailleurs des classes découverte permettant à des enfants scolarisés de « faire l’école autrement », comme le dit l’auteur Robert Penin*.

Passer le flambeau aux générations futures

Après dix ans à ce poste puis deux autres à celui de déléguée régionale, le quotidien d’Anne-Marie est parisien. « Un poste s’est libéré au service national vacances et j’y suis restée quatre ans, jusqu’à ce qu’on me sollicite pour aider la JPA. » Pendant six ans, elle participe à sa restructuration, avant de revenir à la Ligue de l'enseignement, à Marseille, où elle est nommée déléguée générale des Bouches-du-Rhône. Face aux baisses de subvention, Anne-Marie reprend l’enseignement pour y finir sa carrière. « Je suis revenue en tant que maître formateur dans une école d’application grâce à une formation que j’avais suivie », précise-t-elle dans un accent chantant. Elle passe le témoin aux étudiants se destinant au métier d’enseignant.

Aujourd’hui à la retraite, Anne-Marie est adhérente de la Ligue de l'enseignement, membre du Conseil d’administration de la JPA et Déléguée Départementale de l’Education Nationale. Elle se dit fière de voir tant de jeunes engagés dans l’associatif. « Tout au long de mon parcours, j’ai bénéficié de la confiance des militants de l’éducation populaire. Je veux qu’il en soit de même pour cette génération. ». Dans son bureau qui lui sert d’atelier artistique et de salle de lecture, un tableau décore le mur. Il représente un sentier sans fin dans la forêt. « C’est ma mère qui l’a peint, il m’inspire beaucoup. » Allégorie d’une philosophie de vie, il l’invite à toujours aller plus loin.

 

* Professeur de lettres et militant à la Ligue de l'enseignement dans les équipes nationales du secteur vacances, Robert Penin a également été délégué national à la Jeunesse au plein air. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’éducation.

Les autrEs portraits autour des VacAnces

  • Alain Meyer, le milieu associatif plutôt que l’enseignement

    Secrétaire général de la Fédération en Meurthe-et-Moselle

    en savoir plus
  • Isabelle Arpin : l'expérience de la classe de découvertes

    Institutrice en maternelle

    en savoir plus
  • JEan Macé, le républicain militant

    1815 - 1894

    Fondateur de la Ligue de l'enseignement

    en savoir plus