Back to top

Joël HArdy, archer fidèle et innovateur

Membre de la CNS

Vice-président du club de Salies-de-Béarn (Pyrénées-Atlantiques), Joël Hardy est un pilier de la commission nationale Ufolep de tir à l’arc.

La vie est faite de hasards. Un jour, sur un fronton de pelote basque, Joël Hardy sympathise avec une jeune femme adepte du tir à l’arc. « Je n’ai jamais
revu la fille, mais j’ai pris une licence. Et depuis je suis fidèle à une activité que je pratique toujours au sein de la Compagnie des Archers du Sanglier, à Salies-de-Béarn
» sourit-il aujourd’hui. C’était vers 1992. Deux ans plus tard, le club, affilié à la fédération délégataire, décide de s’ouvrir à l’Ufolep. Joël Hardy est des pionniers qui participent aux fiançailles. Il entame un cycle de formation d’animateur et de formateur et est repéré par les membres de la commission nationale tir à l’arc, qui l’invitent à les rejoindre. C’était il y a vingt ans, et l’amour dure encore.


INNOVER
Derrière ses lunettes, ses moustaches et son humour pince sans rire, Joël Hardy porte bien son nom. C’est un éclaireur qui ne garde pas ses flèches dans le même carquois. Salarié de France Télécom – devenu Orange – dans le civil, il révolutionne la communication au sein de l’activité avec l’usage du Minitel : « Avec le recul, c’était lourd et difficile à gérer. C’était pourtant une vraie avancée technologique en ces temps d’avant Internet ! » Depuis, toujours à la pointe il a contribué à développer le site Internet de l’activité (1) et l’outil de gestion « Gestarc ». Innovateur sur le plan technique, Joël Hardy l’est aussi côté activité. Il est de ceux qui créent en 2003 le concept du rassemblement jeunes. Destiné aux 11-16 ans, il se distingue d’une pratique adulte axée sur la compétition, avec ses cibles bien alignées.
Le rassemblement jeune, lui, propose un parcours de 24 cibles, avec des blasons représentant des végétaux. S’y ajoute une dimension culturelle, avec à chaque halte des questions sur le patrimoine local, l’histoire du tir à l’arc ou l’Ufolep… « Le plus dur a été de motiver les accompagnateurs » se rappelle-t-il.

C’est un peu pour eux que Joël Hardy et ses camarades entreprennent alors de développer la sarbacane, avec un « national » couplé au rassemblement jeunes, histoire que les adultes ne fassent pas le voyage pour rien. Bien que généralement pratiquée en complément du tir à l’arc, la sarbacane Ufolep compte désormais plus de 160 adeptes purs et durs.


LOISIR ET CONVIVIALITÉ
Souhaitant mettre l’accent sur la convivialité, Joël Hardy a également imaginé, avec d’autres, de marier tir à l’arc et marche en raquettes. Tel est le concept de l’Arc-athlon, expérimenté en Pyrénées-Atlantiques. « D’autres éditions ont été organisées dans les Hautes-Pyrénées et en Isère. L’idée, c’est un week-end de neige en famille ou entre amis où ceux qui ne tirent pas font de la balade. » Cheville ouvrière de son club de Salies, gros bourg situé à mi-chemin entre Pau et Bayonne, Joël Hardy a aussi effectué un mandat (1998-2002) comme président du comité des Pyrénées-Atlantiques. Mais il préfère s’investir au sein de la commission nationale, « où on nous laisse prendre des initiatives, même s’il s’agit bien entendu de répondre aux orientations nationales ». « Un travail d’équipe, insiste t-il, avec des membres qui, bien que renouvelés, depuis vingt ans tirent dans le même sens. » Tout juste regrette t- il parfois, lui qui pense les projets sur le long terme, « le temps d’adaptation des nouveaux élus nationaux chargés de l’activité ». Car, en bon archer, Joël Hardy aime à la fois regarder loin et tirer vite.

Pour aller plus loin..: 

4700 archers UFOLEP

Le tir à l’arc est l’une de ces activités qui, tout en occupant rarement le devant de la scène, participent pleinement à la vie sportive Ufolep. Il réunit officiellement 4 769 licenciés (en activité principale) dans 327 associations, soit près de 2 000 gagnés en dix ans ! La région Centre en est l’un des fiefs, en particulier l’Indre et-Loire (qui concentre un dixième des licenciés Ufolep) et ses voisins du Loir-et-Cher et de l’Eure-et-Loir. Nord, Pas-de-Calais, Oise et Somme sont aussi des terres d’archers, ce qui fera de la future région Nord-Picardie le plus grand réservoir de licenciés. Lors des rassemblements nationaux, le Finistère
représente la Bretagne et la Loire-Atlantique les Pays-de-la-Loire, tandis que le grand Sud-Ouest réunit des clubs éparpillés en Gironde, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Gers et Landes.
Enfin, le tir à l’arc a d’autant plus sa place en Ufolep qu’il se prête particulièrement à une pratique multisport, notamment lors de raids ou de manifestations de pleine nature.

Philippe BRENOT

Les autrEs portraits autour du SpOrt

  • David Suarez, délégué multisports

    Délégué Ufolep du Loiret

    en savoir plus
  • Jérémy, ufolépien pure Souche

    Responsable de la formation départementale à l'UFOLEP

    en savoir plus
  • Cécile Couprie, le sport au service des apprentissages

    Enseignante et membre de l’Usep

    en savoir plus
  • JEan Macé, le républicain militant

    1815 - 1894

    Fondateur de la Ligue de l'enseignement

    en savoir plus
  • Georges Belbenoît, une haute idée du sport

    1918 - 1999

    Président de l'UFOLEP-USEP

    en savoir plus
  • Philippe Lasseur, militant Usep au service de l'épanouissement des élèves

    Professeur de CP/CE1 à Blois

    en savoir plus
  • Madeleine Léo Lagrange

    1900 - 1992

    en savoir plus