Back to top

« l'Etat-enseignant » (1948)

La Ligue de l'enseignement se tient à distance des questions scolaires, les déléguant aux organisations syndicales et aux associations de parents d'élèves. Le service public prend toute sa place et la Ligue de l'enseignement s'investit davantage dans les activités de loisirs : elle est « le double militant de l'école », incarnant la dimension d'éducation populaire, aux côtés de l'instruction scolaire. La Ligue de l'enseignement s'investira de nouveau dans les questions scolaires au moment de l'échec du SPULEN, en 1984. C’est aussi à cette époque, dans un contexte de décentralisation et de démocratisation culturelle, que la Ligue de l'enseignement fait office de médiateur culturel et va développer son action en milieu rural (création et développement des bibliobus).